X
previous
next
Recent Viewed
X

Dernières oeuvres consultées

Fr | Εn
 
SIMON ISPAK
SIMON ISPAK
Nationalité: Française
Informations sur l'artiste +
À bien des égards, de la contemplation d’un tableau ressort différentes interprétations et significations. Simon est comme l’un d’eux.
Louail au quotidien, Ispak le reste du temps : Simon porte deux noms. Pour les deux casquettes qu’il porte, pour les deux personnages qui cohabitent derrière ce même prénom, ce même visage, ce dos. L’individu est finalement comme ses oeuvres, comme la particularité même de l’art: à double lecture.
Sorte d’ambigramme humain ou de Dr Jekyll & Mister Hyde dans une version moins sanguinaire. Face A, Face B, à
l’endroit, à l’envers: l’interprétation diffère. Cet enfant de la techno de 26 ans d’origine tourangelle a quitté sa bourgade de province il y a 6 ans pour s’installer dans la capitale parisienne. Son pouls bat au rythme de cette ville, par définition, en perpétuelle effervescence. Dès 6h, il se transforme en pile alcaline et multiplie les activités : infographiste dans une société parisienne de renom, mais surtout : il peint.
Il entretient même avec l’art sa plus belle histoire d’amour. Une relation passionnelle comme on a l’habitude d’en voir dans les comédies romantiques qui défilent sur tous les écrans.
L’art, il l’aime, autant qu’il le déteste. Ils se suivent, s’évitent, se séduisent, se perdent, s’attendent, s’attirent… Ils se quittent, pour des retrouvailles fusionnelles: hautes en couleurs. « Il attire mon attention, me désire, me déchire, me fait sourire mais aussi souffrir, il m’étonne à chaque moment, c’est une deuxième personne qui vit en moi, c’est un petit malin ». Dit-il lui même.
Il est possédé par ce petit malin. Celui ci vit dans son sang, dans ses gènes depuis toujours, mais bien que sa mère soit peintre, ce sont les rencontres qui l’ont poussé dans cette voie.
Et tout commença… Le jour où il a suivi l’un de ses camarades
graffeur. Tilt.
Dès le lendemain, il défiait la pluie torrentielle qui battait les pavés. Par dessus tout, ce qu’il voulait c’était réaliser son premier graffiti, qu’il décrit comme « Le plus chouette du colorado ».
Evidemment, la scène internationale du Street Art l’inspire, avec en tête de liste : Berlin & Paris.
Par ailleurs, Pollock et Warhol sont les deux icônes qui ont su lui donner goût. De par leur technique, mais surtout de par leurs personnalités. Parce que Simon s’attache aux personnages.
Son opium à lui ? Ses amitiés. Le côté magique et extraordinaire qui se dégage de chacun l’anime, le stimule pour le pousser vers ses marqueurs. Si sa relation avec l’art est d’une telle intensité, c’est que ses oeuvres sont le fruit de toutes ses relations, de toutes ses rencontres.
Même s’il veut voyager, c’est l’Autre qu’il cherche. L’autre, en qui il aime puiser de nouvelles inspirations. En quelque sorte, il respire inspire les autres pour expirer l’Art. Par l’art il cherche à créer une relation avec l’autre. C’est dans le cycle de vie du produit que sont ses peintures, dans le cycle de vie de ses peintures.
Sa démarche artistique répond d’abord à une satisfaction
personnelle, celle de peindre.
Sauf que ce qui lui importe davantage et provoque en lui un plaisir d’autant plus intense c’est le bonheur partagé. Mais pas que, les réactions diverses qu’il entend le remuent. Des sourires, de l’étonnement, des incompréhensions, des grimaces … Au fond ce qu’il veut, c’est apporter quelque chose à quelqu’un. Mais l’art c’est peut être ça ? donner quelque chose de son coeur, pour les autres.
Profondément généreux, il aime son prochain plus que lui même.
« Je pioche un peu de tout, et je refais à ma sauce ».
Car tout est une question de mélange.
D’un côté graphiste, il est minutieux, a la tête sur ses épaules et suit le cours d’une vie bien cadrée et structurée. De l’autre, il est graffeur.
Il suit son instinct.Dès lors, le rendez vous avec la toile se transforme en une transe guidée par son subconscient, comme Ivre. De liberté, de bonheur, et d’amour. Les opposés s’attirent…
Graphiste et graffeur, ces deux là cohabitent et s’entendent bien.

Formations:
2004 - 2006: Peintre en lettre à l’école des Arts et Métiers - La Rochelle, FR
2003 - 2004: Sérigraphe à l’école du livre - Nantes, FR

Expositions personnelles:
2015 - Centre Culturel Simon Lefranc
2014 - Streets Hôtel - Paris
Résidence artistique depuis février 2014
2013 - Rue del Sarte - Paris
Expositions collectives
2010 - Galerie Etienne de Causans - Paris
2009 - Galerie èphémère Le Squat - Paris
Performances
2013 - Clip Musical de Mickaël Canitrot - Paris
2012 - Squat Mont Cenis - Paris
2010 - Salon du Who’s next - Paris
 
 

Toutes les Oeuvres de l'Artiste

 
Afficher plus