X
previous
next
Recent Viewed
X

Dernières oeuvres consultées

Fr | Εn
 
Revue de Presse
Revue de Presse

Valeurs Actuelles

Instrument de pouvoir par excellence, l’art  ne se déplace pas par hasard. Acquises par des chefs d’entreprise – du Cac 40 mais aussi de PME,  les œuvres exposées dans les bureaux, halls d’entrée, galeries… peuvent améliorer la notoriété.

Exemples emblématiques, François Pinault, Bernard Arnault, Edouard Carmignac… sont devenus en trente ans les ambassadeurs français de l’art contemporain en même temps qu’ils bénéficient d’une exonération fiscale. « Ces passionnés sont suivis par une multitude d’acquéreurs anonymes, qui achètent les toiles des mêmes artistes et font grimper leurs cotes », explique Georges Ranunkel, président fondateur d’ArtFloor.

De plus en plus, les entreprises choisissent d’axer leur communication sur l’art, non seulement en achetant ou louant des œuvres mais aussi en organisant des événements ciblés. « L’art comme objet de communication peut être haut de gamme tout en étant bon marché. Il améliore l’image de l’entreprise, lui permet de prendre un virage moderne », poursuit Georges Ranunkel, qui en parle d’expérience. Sa société organise dans ce but tous les deux ans le Prix MasterCard (doté de 12000 euros) qui récompense un créateur contemporain. ArtFloor propose aussi des expositions « itinérantes » en vue d’organiser des événements dans les pays où l’entreprise est présente. « Les sociétés veulent tellement s’investir dans l’art qu’elles sponsorisent aussi des expositions pour pouvoir inviter leurs clients à des vernissages privés », ajoute Georges Ranunkel.

Un effet ricochet commercial que savent bien anticiper les chefs d’entreprise.

M. de G.-M.